Cyrille Van Hauwaert, le précurseur

Cyrille Van Hauwaert est un jeune paysan Flamand issu du modeste bourg de Moorslede, quand il décide de débuter sa vie de coureur cycliste à l’insu de ses parents. Roi des kermesses dans sa région, il fait sa première apparition internationale remarquée sur Paris-Roubaix en 1907. Le jeune Belge se présente dans la capitale Française pour la classique phare de l’année (avec Bordeaux-Paris) avec seulement quelques provisions et une lettre de recommandation d’un représentant des cycles « La Française ». Dans un café Parisien, il rencontre le prestigieux directeur sportif Pierre Pierrard. A la grande surprise de ce dernier, le Flamand refuse les propositions qu’il lui offre. Cyrille Van Hauwaert va donc participer à Paris-Roubaix seul, sans entraineur, avec comme simple instrument son vélo et une paire de boyaux. Le Flamand part pour l’inconnu. Au contrôle de Beauvais, il est renversé par un chien. Mais il en profite tout de même pour entrer dans une épicerie et acheter des œufs qu’il va rapidement gober avant de repartir. Quelques kilomètres plus loin, la faim le tient encore. Sans provision, il est aidé par l’équipe « La Française » qui lui offre aliments et boissons. Le ventre plein, celui que l’on surnommera bientôt Cyrille « Ventre Ouvert » se déchaine et effectue la sélection. Malheureusement, il chute en heurtant la roue arrière de Louis Trousselier. Le Flamand reprend tout de même la route, il ne semble pas connaitre la fatigue. Au terme d’une remontée spectaculaire, le premier champion Belge vient mourir à la deuxième derrière Georges Passerieu.

Cyrille Van Hauwaert a créé la surprise dans ce Paris-Roubaix 1907. Ce jeune paysan de 23 ans va ensuite devenir un héros populaire dans sa contrée, un statut renforcé par sa victoire dans Bordeaux-Paris quelques semaines plus tard. En 1908, il signait dans l’équipe Alcyon. Il remportait coup sur coup Milan-San Remo et Paris-Roubaix. Comme le disait Théo Mathy dans son ouvrage Toute l’histoire du cyclisme Belge, « Van Hauwaert a fait, pour la propagande du sport cycliste en Belgique et pour la pratique du vélo en général, plus qu’aucun autre champion ne fera jamais ». Les chiffres le confirment. Le nombre de vélodromes se multiplient par quatre dans tout le pays et les pratiquants sont de plus en plus nombreux. Bien avant Merckx, Van Looy ou Van Steenbergen, il y avait ce fameux Cyrille « Ventre Ouvert », LE précurseur du si prestigieux cyclisme Belge.

Cet article, publié dans Avant guerre, Cyclisme Belge, Grandes classiques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s