Eugène Christophe, héros d’un autre temps

Malgré un palmarès peu fourni en grande victoire, le Francilien Eugène Christophe a profondément marqué le cyclisme. L’héroïsme unique de ses performances et les drames qui ont entourés sa carrière de coureur font de lui un champion Français hors du commun et très populaire que l’on pourrait comparer à Raymond Poulidor pour sa malchance pendant le mois de juillet.

En 1910, Eugène Christophe écrit les pages les plus chevaleresques de Milan-San Remo, qui le propulseront dans la légende de la petite-reine. Avant le départ de l’épreuve, les organisateurs très perturbés par les conditions climatiques difficiles, donnèrent toutefois le départ de la première classique Italienne de la saison. Après un début de course couru dans un contexte délicat, les coureurs vont entrer dans l’enfer par l’intermédiaire du col du Turchino. Froid polaire, vent glacial et neige sont au rendez-vous. Le temps est détestable mais ne défavorise pas le champion de France 1909 de cyclo-cross qui se retrouve dans son élément dans l’ascension: « Je fais du cross, je cours, je marche, je remonte sur mon vélo. » Mortifié dans la descente du Turchino, pratiquement à l’arrêt face à une neige d’une profondeur parfois de vingt centimètres, celui que l’on surnomme le Vieux Gaulois s’abrite dans une auberge quelques temps pour se réchauffer, se changer et se refaire une santé. En parfaite condition physique, il parvient à reprendre la route et à rallier l’arrivée en vainqueur. Seuls sept téméraires termineront ce véritable parcours du combattant. Mais cette victoire a un prix : après la course Eugène Christophe restera dans une clinique pendant un mois pour retrouver le plein usage de ces membres et deux années pour atteindre de nouveau son meilleur niveau. Un exploit qui n’est pas sans rappeler celui de Bernard Hinault dans le fameux « Neige-Bastogne-Neige » en 1980.

LE TOUR SE REFUSE A LUI

Effectivement, deux années auront été sacrifice nécessaire pour vaincre dans cette course d’anthologie. Ce n’est qu’en 1912 que le Francilien reviendra sur le devant de la scène avec une deuxième place sur le Tour de France, malgré ses trois victoires d’étapes en montagne dans les Vosges et les Alpes. Il est logiquement battu aux points par le Belge Odiel Defraye. Ce n’est que l’année suivante que sa dramatique histoire avec le Tour ne commence réellement. Deuxième du général au pied des Pyrénées, le Vieux Gaulois brise sa fourche dans le col du Tourmalet. Il doit alors parcourir à pied le col pendant 14 kilomètres avec le vélo sur le dos pour rejoindre le hameau de Sainte-Marie pour pouvoir réparer sa fourche. En quatre heures, il y parvient mais la course pour la victoire est terminée pour lui.

La même situation se produit en 1919. A deux journées de la fin, il est encore en tête au général avec près de trente minutes d’avance, mais sa fourche le trahit de nouveau pour le faire perdre un Tour de France pourtant bien en main. Malgré le temps record de 2h30 de réparation, la Grande Boucle lui échappe de nouveau. Comme le dit un certain proverbe : « Jamais deux sans trois ». Trois ans plus tard dans le Galibier, Christophe casse de nouveau sa fourche. Sa position éloignée au classement général donne cependant un côté moins tragique à cet accident. Mais contrairement à son descendant Raymond Poulidor, le Vieux Gaulois aura tout de même eu l’honneur d’être le premier maillot jaune de l’histoire du Tour de France en 1919.

Cet article, publié dans Avant guerre, Cyclisme Français, Grandes classiques, Tour de France, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Eugène Christophe, héros d’un autre temps

  1. DODE Bernard dit :

    N’a t il pas été pendant de nombreuses années le détenteur du record de la montée du Galibier depuis la maurienne?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s