Roger De Vlaeminck, Monsieur Paris-Roubaix

Avec quatre succès sur l’Enfer du Nord, Roger De Vlaeminck est le détenteur du plus grand nombre de victoires sur cette épreuve, ce qui lui vaudra justement le surnom de « Monsieur Paris-Roubaix ». Beaucoup de coureurs ont réussi à s’approcher de son record, mais personne n’a encore pu revenir à sa hauteur. Farouche opposant d’Eddy Merckx, celui que l’on surnommait le Gitan a réussi, au cours de sa grande carrière, à se hisser parmi les plus grands champions de l’histoire du cyclisme malgré l’adversité et l’opposition.

Rival d’Eddy Merckx

La pauvreté et la marginalité ont longtemps poursuivi Roger de Vlaeminck durant son enfance. Sa mère était surnommée la Gitane car elle parcourait la Flandre en roulotte en tant que marchand ambulant. De ce fait, on le surnommera le Gitan tout au long ses années de champion et non pour ses origines ethniques. Le besoin d’argent l’a poussé à se consacrer au cyclisme. Toute sa carrière, il n’a eu que cela comme moteur, avec l’orgueil qui en résulte. Ses débuts sur un vélo, avec son frère Eric, furent ainsi prometteurs. Les deux frangins font rapidement connaissance avec Jean-Pierre Monséré, leur seul rival, avec qui ils vont sympathiser. Lors de leur deuxième saison amateurs, les trois coureurs totalisaient ainsi plus de 60 succès : une domination impitoyable, sans partage et mal vue par leurs adversaires.

Eddy Merckx veut ainsi engager le Gitan dans sa formation, mais ce dernier refuse car il veut défier le grand champion Belge et mettre fin à sa domination. Le passage à l’échelon supérieur dans la puissante formation Flandria ne se fait pas sans éclats. Roger devient champion de Belgique, Jean-Pierre remporte le Tour de Lombardie alors que Eric poursuit son hégémonie dans le cyclocross. Les trois coureurs dérangent et leur côte de popularité n’est pas très importante dans le plat pays. Il faut dire qu’à cette époque, dans les années 1970, la Belgique avait les yeux rivés sur le Cannibale. Les frères De Vlaeminck et Jean-Pierre Monséré furent parmi les seuls, avec Freddy Maertens, à avoir vivement contesté cette suprématie sur le plan national. Sans complexe face à Eddy Merckx, le Gitan n’a jamais hésité à l’affronter frontalement, que ce soit sur la route ou dans la presse. Le quadruple vainqueur de Paris-Roubaix avait même atteint le statut « d’ennemi public » lorsqu’il devançait son rival sur Liège-Bastogne-Liège 1970. Les fans du Cannibale accusent Eric d’avoir enfermé Merckx dans le sprint final. De son côté, Jean-Pierre Monséré devient champion du monde sur route à Leicester à seulement 22 ans.
La mort lui vole son meilleur ami, la drogue son frère

L’émergence de ces deux jeunes champions n’est pas vue du bon œil par leurs rivaux. Leur insolence n’avait d’égal que leurs ambitions, lesquelles étaient donc simples : stopper le règne de Merckx. Malheureusement le destin allait se mêler à l’histoire de ces trois hommes. La mort emporta cruellement le champion du monde pendant le mois de mars 1971. Désespéré, Roger De Vlaeminck voit mourir son meilleur ami sous ses yeux. Dans le même temps, son frère Eric, septuple champion du monde de cyclocross, va sombrer dans la drogue. Face aux drames, le Gitan arrivera tout de même à se redresser, mais sa carrière n’est alors pas aussi fructueuse que celle qu’on lui avait prédite.

Peu apprécié dans son pays, peu de monde lui avait pardonné son attitude arrogante au début de sa carrière. Roger décide alors de s’exiler en Italie fin 1971 sous les conseils de Patrick Sercu, afin de retrouver plus de tranquillité. Le Gitan remporte ainsi Tirreno-Adriatico pendant six saisons consécutives (un autre record) de 1972 à 1977. La Botte lui réussit bien. A son palmarès figure également vingt-deux succès d’étapes sur le Tour d’Italie, trois victoires sur Milan-San Remo et deux autres sur le Tour de Lombardie. Des succès à la chaîne qui a conduit les suiveurs à le comparer dignement à Rik Van Looy, son glorieux prédécesseur.

Maitre de l’Enfer du Nord

Cependant sa notoriété, il la fondera avant tout sur l’Enfer du Nord, c’est selon lui « la plus belle course, la plus dure à gagner » : c’est sa course. Ses quatre succès pour autant de deuxième places en quatorze participations lui vaudront le surnom de « Monsieur Paris-Roubaix ». Le secret de ses succès ? La confiance, une mentalité de gagnant et un travail acharné. Il effectuait spécialement des sorties de plus de 300 km dans les pavés les jours précédents la course. Le Gitan savait se conditionner pour l’emporter au bout de ce tracé impitoyable, sur lequel il n’a jamais subi la moindre crevaison.

Vainqueur en 1972 et 1974, par deux fois en disposant d’Eddy Merckx, il obtient son succès le plus relevé en 1975, encore devant son éternel rival. Malgré une grosse douleur au genou, le Cannibale pousse le Gitan dans ses derniers retranchements, qui a été contraint à chuter à deux reprises. Sur le vélodrome de Roubaix, après une course dantesque, le leader de l’équipe Brooklyn construit dans la douleur sa troisième victoire devant Merckx et Dierickx. Luc Varenne, célèbre commentateur Belge et admirateur de Merckx, ne put s’empêcher de lâcher « Merde, c’est De Vlaeminck », preuve de la différence de traitement entre les deux champions.

Son record est devenu par la suite une véritable obsession. Juste après sa quatrième et dernière victoire, son ancien équipier Francesco Moser met dangereusement le mythe en danger, en s’imposant trois fois consécutivement sur l’Enfer du Nord. L’Italien avait déjà contrarié les plans du Gitan lors de sa victoire en 1974, désormais il menace sa légende. Tout le reste de sa carrière, le Gitan s’alignera sur l’épreuve dans le but d’empêcher son rival Italien de l’égaler, ce qu’il réussira. En 2002, lorsque Johann Museeuw remporta son troisième Paris-Roubaix, le Gitan se rapprocha de son « voisin » Peter Van Petegem pour lui prodiguer ses conseils. Résultat ? Le natif de Brakel remporte l’épreuve pour la première fois l’année suivante après de nombreuses tentatives infructueuses.

Des vides à son palmarès

A son palmarès gigantesque, il manquera à jamais le championnat du monde pour couronner sa carrière de chasseurs de classiques, et devenir l’égal des Rik Van Looy et Eddy Merckx, les deux seuls autres coureurs à avoir remporté les cinq monuments du cyclisme. Mal-aimé, il n’a jamais su rallier les autres champions Belges de son époque à sa cause, comme en 1975 sur le circuit d’Yvoir dans les Ardennes. Défait et dépité, le Gitan accuse ses équipiers et compagnons de chasse, Eddy Merckx (diminué en raison d’une chute), Freddy Maertens et Frans Verbeeck de ne pas avoir collaboré suffisamment pour revenir sur le Hollandais Hennie Kuiper parti à 30 km de l’arrivée. Roger termine deuxième de ces championnats, il avait alors sûrement sa meilleure chance d’accrocher ce maillot arc en ciel. Sur le podium, il jette son bouquet de rage et ne reviendra plus jamais en équipe nationale de Belgique pour les championnats du Monde, après cette ultime trahison.

Un Grand Tour manquera également pour toujours à son palmarès. « Monsieur Paris-Roubaix » n’aura jamais réussi sur le Tour de France avec trois participations pour autant d’abandons. Il estimait que cette épreuve était trop dangereuse pour sa santé. Le Gitan déclara même un jour la phrase suivante : « Je déteste toutes les courses Françaises ». Paris-Roubaix était l’exception qui confirmait la règle. Son potentiel sur les longues courses par étapes, il ne l’a jamais remis en question car il était intimement convaincu que les Grands Tours auraient pu lui réussir avec plus de conviction et de préparation. Pour preuve, il a déjà terminé 4éme d’un Tour d’Italie très montagneux, sans pour autant s’être focalisé sur le classement général. Mieux encore, il enleva le difficile Tour de Suisse en 1975, en remportant la grande étape de montagne alpestre, devançant de cinq minutes Eddy Merckx. Le Gitan était le plus sérieux opposant du Cannibale durant les campagnes de classiques. Devenu par la suite amis, les deux coureurs ont contribué à l’une des plus grandes rivalités de l’histoire du cyclisme.

Cet article, publié dans Cyclisme Belge, L'ère Merckx, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Roger De Vlaeminck, Monsieur Paris-Roubaix

  1. Ping : La Double Carrière de Francesco Moser | Histoire et Légende du cyclisme

  2. Ping : La progression de Maertens « Histoire et Légende du cyclisme

  3. Michaël Labiouse dit :

    Excellent article comme d’habitude🙂 mis a part une petite erreur, De Vlaeminck a participé a d’autres championnats du monde après celui d’Yvoir en 75. Mais c’est vrai qu’il aurait mille fois mérité d’être au moins une fois champion du monde !!!!!
    Chapeau bas Monsieur De Vlaeminck, vous êtes a mes yeux le 2ème meilleur coureur Belge de tous les temps derrière Merckx et de plus, vous vous avez le plus beau palmarès sur les courses d’un jour, Merckx mis a part. Pas moins de 11 monuments ( 4 Paris-Roubaix, 1 Tour des Flandres, 1 L-B-L, 2 Tours de Lombardie et 3 Milan-San Remo ) auxquels j’ajouterai 2 championnats de Belgique, 1 Flèche Wallonne, 1 Paris-Bxl, 1 Championnat de Zurich, 1 Tour du Piémont, 2 fois le Volk, 2 Kurne-Bxl-Kuurne, 1 Flèche Brabanconne, etc etc etc sans compter vos innombrables succès dans les courses par étapes. Dommage que beaucoup de mes compatriotes, surtout en Wallonie, n’ont jamais compris que vous étiez un IMMENSE CHAMPION, un des 5 plus grands que le cyclisme ait connu…

  4. Renoux Dominique-Raymond dit :

    En ce qui me concerne , je considère « Le Gitan » comme le plus grand coureur cycliste professionnel de l’histoire de la planète cycliste doté d’un tempérament de feu et d’une classe inouïe ! Eclectique , il fût aussi champion de Belgique et du Monde (amateur et professionnel) de Cyclo-Cross , il s’est construit cet immense palmarès sur route aux dépents du « Cannibale » (le plus gros palmarès toutes époques confondues) et autres Freddy Maertens , Walter Godefroot , Francesco Moser et autres eric Léman , Heynie Kuiper et les finissants Jan Janssen ou Felice Gimondi qui n’étaient pas manchots !!!! Très grand respect pour ce très grand MONSIEUR qui fait honneur à toute la Belgique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s