Le formidable cyclisme Luxembourgeois

Kim Kirchen et les frères Schleck ont marqué le cyclisme ces dernières saisons. Les victoires dans les grandes classiques et le port du maillot jaune dans la Grande Boucle y ont été pour beaucoup. Ces familles ont de fortes traditions dans le vélo. Les deux clans sont opposés, même rivaux, Kim Kirchen ne dit pas le contraire : "Au Luxembourg, tout le monde sait que nous ne partageons pas les mêmes vues. Chacun a le droit de penser ce qu’il veut. Nous sommes dans des équipes différentes, on ne se fait pas de cadeau." En 2008, le Luxembourg vivait de grandes heures de cyclisme avec la domination du trio Luxembourgeois sur le Tour de France. On avait connu Benoit Joachim, équipier dévoué de Lance Armstrong. Aujourd’hui Kim, Fränk et Andy ont continué à perpétuer l’histoire de leur famille.

Dans la famille Kirchen, on demande le père, Erny. Ancien bon coureur amateur, il n’a jamais pu confirmer les espérances placées en lui, il avait gagné 2 étapes du Tour de l’Avenir au sprint. Erny a deux oncles cyclistes. Jim Kirchen, pas le plus glorieux des années, il a tout de même participé à un Tour de France en 1953. Jean est celui qui a le mieux réussi. Plusieurs fois champion national, il a brillé sur le Tour de France décrochant deux 5éme place et remportant son tour national.

Malgré le fait que ce soit un petit pays, le Luxembourg a une forte tradition cycliste. Le premier champion s’appelle François Faber, vainqueur du Tour de France 1909, premier Luxembourgeois à remporter l’épreuve. Mais son cœur est Français d’où le surnom du Géant de Colombes. Il faudra attendre quelques années afin de trouver un successeur. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit de Nicolas Frantz, le plus prestigieux coureurs de l’histoire du Grand Duché. Coureur de la puissante équipe Alcyon, il remporta deux  Tour de France grâce notamment à des préparations minutieuses, mais surtout à la formule abusive des contre-la-montre par équipes. Henri Desgrange n’appréciait ce coureur manquant singulièrement de panache. A l’issue de la victoire du Belge De Waele, un « cadavre » selon le père du Tour, il choisissait donc de créer la formule des équipes nationales. Nicolas Frantz est écarté du Tour pendant deux ans avant de revenir mais avec une équipe trop faible. En 1936, les Luxembourgeois réaliseront malgré tout un beau tir groupé avec Pierre Clemens 4, Arsène Mersch 5 et Mathias Clemens 7. Pour un aussi petit pays, la performance est exceptionnelle.

Cette formule a aussi beaucoup pénalisé Charly Gaul l’ange de la montagne, le plus grand des Luxembourgeois. Vainqueur d’un Tour de France, il répéta souvent qu’il en aurait gagné plus sans les équipes nationales. Il avait gagné un Tour de France avec cette formule en 1958, il était tout de même entouré de l’équipe des Pays-Bas, mais il était bel et bien au dessus du lot comme le prouve son exploit à Aix-les-Bains. Son autre fait d’arme est sa victoire sur le Giro 1956 et son exploit au Monte Bondone. Ivan Basso lui rendit un bel hommage cinquante ans plus tard en s’imposant sur les mêmes lieux peu après sa mort. La victoire de l’Ange de la Montagne sur le Giro en 1959 avait non moins de prestige, après sa lutte finale acharnée et victorieuse face à Jacques Anquetil dans le Petit Saint-Bernard.

Cette formule des équipes nationales n’a jamais avantagé le Luxembourg comme le dit Johny Schleck "Les petits pays comme le nôtre n’étaient vraiment pas avantagés. Il y avait quelques coureurs pros au Luxembourg et on était obligé de s’allier avec un autre pays. On faisait comme on pouvait et parfois on remplaçait un pays par un autre. Sur le Tour de l’Avenir [en 1964], nous avions ainsi fait équipe avec des Néo-Zélandais."

En 1968, le Tour passait même au Luxembourg, le Grand Duché vivra un des plus moments de son histoire avec une victoire à domicile : "On arrivait à Esch-sur-Alzette et c’est Charly Grosskost qui avait gagné. Pour nous, Luxembourgeois c’était super. Déjà quand le Tour de France passe près de chez soi c’est super, mais là d’être dans la course c’était encore mieux. Ça fait plaisir de vivre ça, car le Tour c’est grandiose." Le Tour passa aussi au Luxembourg en 2002 pour la victoire surprise de Rubens Bertogliati.

Aujourd’hui, le père de Fränk et Andy vit un rêve. Ancien équipier fidèle, Johny n’a jamais pu remporter de grands succès. Il espère que ses fils rattraperont le temps perdu. Du côté des Kirchen, les temps sont moins glorieux, Kim ne retrouvera probablement plus jamais son meilleur niveau de 2008.

Les citations sont issues de Cyclismag

About these ads
Cette entrée, publiée dans Cyclisme Luxembourgeois, Tour de France, est taguée , , , . Bookmarquez ce permalien.

Une réponse à Le formidable cyclisme Luxembourgeois

  1. BRAVADO The rider who had challenged the Spaniard s ability to win was relatively muted after his defeat on the steep mountainous section in Mende AP MENDE Spain s Alberto Contador right second in the overall standings rides with the overall leader Luxembourg s Andy Schleck center and Russia s Denis Menchov fourth in the overall standings in the 12th stage of the Tour de France between Bourg-de-Peage and Mende France on Friday. AFP Andy Schleck has been doing all the bragging about dethroning defending Alberto Contador at the Tour de France but Contador did his talking when it… Interviews with Andy Schleck Bjarne Riis and the French President Nicolas Sarkozy after Andy Schlecks second stage win at the 2010 Tour de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s